Publié le :

Lever des fonds auprès d'un VC : 5 règles pour l'entrepreneur

#Startup #Incubation

Les bonnes pratiques de Paris&Co #1

Le mythe de la startup qui lève avec un pitch bien ficelé et un beau powerpoint a encore la peau dure dans l’écosystème ! De fait, bon nombre de startups tapent à la porte des VC pleines d’étoiles dans les yeux et ressortent avec des frustrations, ne comprenant pas pourquoi on ne leur signe pas un chèque malgré leur enthousiasme. Avant de se lancer dans cette aventure, certains points sont à vérifier et à travailler.

Maximilien Bacot du fonds d’investissement Breega* intervient régulièrement auprès des startups de Paris&Co pour répondre à leurs questions  sur la levée de fonds auprès de VCs. Voici ses  5 recommandations  pour maximiser vos chances de succès

 

          1. Avoir déjà constitué une équipe active et complémentaire

Les VC vont regarder en priorité votre équipe et sa capacité à délivrer sa promesse, surtout si votre projet est jeune. Idéalement, présentez une équipe opérationnelle (à ne pas confondre avec les différents soutiens et conseillers qui peuvent vous accompagner) de 3 personnes aux profils soudés,  déterminés et complémentaires -technique, métier, commercial.

D’autant plus qu’un trio d’associés est assez rassurant pour un investisseur,  la prise de décision restant concentrée entre les mains d’un petit nombre tout en évitant les possibles blocages d’un duo.

Dans tous les cas, veillez à bien aligner la vision de tous les associés avant d’aller voir un VC.

“Le VC mise avant tout sur l’équipe, quel que soit l’état d’avancement de la startup !”

- Maximilien Bacot

 

          2. Connaître votre objectif de sortie

Vous souhaitez créer une entreprise familiale que vos petits-enfants pourront diriger ? Vous vous imaginez une dizaine d’années à la tête de votre entreprise ? Ou vous voulez faire de l’hypercroissance pendant 5 ans et  la revendre dès qu’elle aura décollé ?

Il est indispensable que vous soyez au clair sur votre projection personnelle  car une levée avec un VC implique la tenue d’objectifs très ambitieux et une potentielle sortie à moyen terme.

En général, l’objectif d’un capital-risqueur est de récupérer sa mise x10 après 5 ans en moyenne. Il est donc souvent envisagé de vendre l’entreprise à l’issue des 5 ans pour se répartir la plus value.

 

          3. Témoigner d’un business industriable

Votre business est-il scalable ? En d’autres termes, peut-il s’adapter à une forte augmentation de la demande à performances égales ? Si vous allez voir un VC, vous devez être incollable sur votre marché et sa capacité à “scaler”.

Un capital-risqueur vous apportera le financement pour industrialiser votre activité et la développer à grande échelle. Encore une fois, son objectif est de récupérer sa mise sur le moyen/long terme (5 ans) avec une forte plus-value. Il faut donc être en mesure de lui prouver que votre business peut croître fortement sans nécessiter de multiples investissements complémentaires.

Si votre business est davantage à taille humaine (exemple : boulangerie) ou difficilement industrialisable (comme le conseil), un financement sera plus difficile à obtenir (mais pas impossible !).

 

          4. Sélectionner les VC qui peuvent vous correspondre

Vous remarquerez qu’il existe un grand nombre de fonds d’investissement. Vous ne pourrez pas pitcher devant chacun d’eux, et même si vous le pouviez ce n’est pas forcément pertinent. Un roadshow s’apparente à une démarche commerciale : il est important de cibler les interlocuteurs auprès desquels votre projet peut faire mouche !

Avant d’envoyer votre slide deck, renseignez vous donc bien sur la politique d’investissement du VC. Est-il spécialisé dans un secteur ? Privilégie-t-il le B2B, B2C, la deeptech ou autre ?

Cela est encore plus vrai lorsque votre business sort du classique Saas B2B et a une vocation sociétale. Par exemple, si votre startup est plutôt axée écologie ou environnement, vous pouvez vous orienter vers le Paris Fonds Vert géré par le VC Demeter. Idem, si votre ADN est plutôt social, privilégiez les fonds comme Impact Partenaire ou le Corporate VC Maif investissement social et solidaire.

Dans tous les cas, vous aurez plus de chance d’avancer avec un fonds bien ciblé et surtout celui-ci vous accompagnera plus efficacement et pourra vous présenter des contacts clés pour votre développement.

D’autant plus que lever des fonds s’apparente davantage à un mariage qu’à une transaction financière. Il est donc nécessaire de bien s’entendre avec le fonds qui vous accompagnera mais aussi d’être transparent dès le début de vos relations. Vous devez être certain que vous pourrez travailler aux côtés du VC qui vous accompagnera et qu’il respectera les valeurs de votre entreprise.

 

          5. Avoir un bon début de traction

Dernier point, mais non des moindres, vous devez être en capacité de démontrer que vous avez déjà des bases solides pour asseoir une forte croissance de votre activité.

Vous devez présenter des chiffres clairs, précis et cohérents avec votre business model.

Business Model

            

Exemples non exhaustifs de mesures

Abonnements

            

Valeur Vie du Client (CLV)

Marketplace

            

Montant de marchandises vendues (GMV)

Saas

            

Revenue Récurrent Mensuel (MRR)

...

Rien ne sert de grossir les chiffres, ni d’afficher des “vanity metrics” (ces données qui font du bien au moral mais qui n’ont pas d’impact direct sur votre croissance ex : nombre de likes sur votre page Facebook). Le VC s’en rendra compte rapidement après quelques questions.

De plus, ces chiffres clés vous permettront de mieux négocier votre valorisation de manière éclairée auprès des investisseurs intéressés.

“ Déterminer la valo de sa startup n’est pas une science exacte. Tout est question de négociation entre les fondateurs et les investisseurs, d’où l’importance d’avoir des KPI solides. Si vous êtes dans la bonne fenêtre de maturité pour le besoin de financement que vous demandez, le calcul de la valorisation est assez simple puisque les conditions de marché sont entre 20 et 30% de dilution”

- Maximilien Bacot

 

Vous l’aurez compris, lever des fonds n’est pas un long fleuve tranquille, ni une science exacte ! Il est important de comprendre ce dans quoi vous vous embarquez car les démarches prennent entre 4 à 6 mois, et peuvent être à réitérer plusieurs fois pour financer vos différentes étapes de croissance.

N’oubliez pas également que lever des fonds n’est pas une fin en soi et que beaucoup d’entreprises parviennent à grossir sur leurs fonds propres.

 

Vous souhaitez être accompagnés dans la croissance de votre entreprise et la préparation de votre levée de fonds ? Intégrez les plateformes d’innovation du réseau Paris&Co.

 

*Partenaire de Paris&Co, Breega est un fonds d’investissement en capital risque européen, composé d'investisseurs expérimentés avec un background d'entrepreneurs et destiné à financer les startups de l’économie digitale. L'approche de Breega en matière de financement comprend l'accompagnement de ses startups par une équipe internalisée de spécialistes axés sur l'apport d'expertise sectorielle et opérationnelle. Fort de ce positionnement novateur, Breega investit dans des tours de Seed et Série A jusqu’à 10M€.
Partager sur :

Lire aussi #Startup, #Incubation